Rêvez. Observez. Inspirez. Recommencez.
blogue de voyage officiel de Norwegian

Faire une croisière en Amérique du Sud et dépasser le cap Horn comme un véritable explorateur est une expérience unique. Avec une escale dans plusieurs ports de l'itinéraire, vous voudrez découvrir tout ce que chaque destination a à offrir. Afin de vous aider dans votre aventure méridionale, nous avons créé pour vous une liste des points saillants de l'Amérique du Sud.

Lima, Peru

Besides being the jumping off point for Machu Picchu, the capital city of Lima, Peru is also home to the famous Larco Museum. L'immense collection de ce musée retrace 4 000 ans d'art pré-colombien à travers des poteries indigènes, des coiffes et des masques en or ou en argent et bien d'autres œuvres. L'exposition de poteries érotiques illustre l'immense fascination des Incas pour le sexe à travers les céramiques. Parfait complément du Machu Picchu, le musée retrace les différentes époques des anciennes cultures péruviennes.

Puerto Madryn, Argentine

Baleines à Puerto Madryn

Le port de Puerto Madryn en Argentine est très pour sa proximité de la péninsule de Valdes. Ce site, qui fait partie du patrimoine mondial de l'UNESCO, est un trésor de la nature. C'est l'un des sites privilégiés dans le monde pour observer les baleines, puisque les baleines franches australes viennent ici pour mettre bas. Les femelles et leurs petits viennent nager autour des bateaux. Cette réserve naturelle de la Patagonie accueille aussi des lions de mer, des éléphants de mer, des otaries à fourrure, des manchots, des mysticètes et des orques.

Ushuaïa, Argentine

Partez à Ushuaia en Argentine, l'une des villes les plus au sud de la planète. Le site est le point de départ idéal pour explorer la Terre de feu, également appelée « Bout du monde ». Comme Magellan, Sir Francis Drake et Charles Darwin, partez explorer en bateau le canal Beagle. C'est à cet endroit que les explorateurs franchissaient le terrible Cap Horn sur la route du Pacifique. Dans son journal de bord, Darwin écrivait en 1833, « Il est presque impossible d'imaginer quelque chose d'aussi magnifique que le bleu béryl de ces glaciers. »