Ce site Web utilise des cookies. En naviguant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, veuillez cliquer ici
Norwegian Cruise Line
Messagerie (0)
Messagerie (0)
Chargement
DeMessageN° de réservationDate
Centre de communications NCL
Centre de communications NCL
Ne perdez pas votre réservation !
254228811 avril, 2014
Centre de communications NCL
Centre de communications NCL
Réservez votre restauration dès à présent
254228811 avril, 2014
Centre de communications NCL
Centre de communications NCL
Ne perdez pas votre réservation !
254228811 avril, 2014
Centre de communications NCL
Centre de communications NCL
Ne perdez pas votre réservation !
254228811 avril, 2014
De : Centre de communications NCLEnvoyé : 21 mai 2014Objet : Forfaits de boisson en vente maintenant

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Curabitur sagittis condimentum varius. Mauris eget risus sollicitudin, aliquet ex ut, vehicula urna. In quis ligula cursus, sollicitudin leo eget, congue lacus. Phasellus metus eros, convallis in diam nec, molestie luctus velit. Fusce fermentum nibh odio. Integer convallis velit sit amet arcu aliquam luctus. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Praesent vel lobortis ipsum.

Quisque luctus metus nec placerat cursus. Maecenas faucibus ac nisi vel semper. Duis et sollicitudin ante. Suspendisse feugiat libero in ipsum faucibus, sed eleifend orci pellentesque. Cras maximus ultricies pulvinar. Nullam egestas urna eget mauris interdum, consectetur pretium turpis condimentum. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Suspendisse ac tellus ultricies, hendrerit neque sit amet, laoreet leo. Donec in pellentesque lectus, vitae consectetur nibh. Mauris eleifend mollis urna. Vestibulum vel imperdiet lacus, ut elementum nisi. Fusce tempus consectetur porttitor. Proin quis ligula vel mauris ultrices consectetur nec at nisi. Donec nec fringilla ipsum. Duis facilisis, justo porttitor elementum luctus, ipsum eros vulputate purus, id condimentum ipsum velit a arcu.

*Conditions générales
Le forfait n'est pas disponible pour les croisières de moins de 5 jours ni sur les croisières charter.

Rêvez. Observez. Inspirez. Recommencez.
Blog de voyage officiel de Norwegian

Ohé matelots ! Les belles îles des Caraïbes accueillaient autrefois toutes sortes de pirates dignes d'un roman. Le quotidien était rythmé par la quête des piastres et des trésors enfouis. Des expressions telles que « Sur la planche ! » et « Que le diable m'emporte ! » étaient quotidiennement entendues. « Yo ho ho et une bouteille de rhum. » Nous avons dressé une liste des pirates des Caraïbes célèbres.

Le capitaine Henry Morgan, un fameux corsaire gallois, a répandu la terreur au cœur des colonies espagnoles établies dans les Caraïbes. Depuis son camp de base établi en Jamaïque, Morgan causa de nombreux dégâts dans les colonies de Cuba, de Panama et du Venezuela. À la simple évocation de son nom, de nombreux soldats espagnols désertaient leurs postes. À l'apogée de son pouvoir, il dirigeait 2,000 pirates et 36 navires. À la fin de sa vie, il rentra en Angleterre où il fut accueilli en héros et élevé au rang de chevalier par le roi. Il finit ses jours en tant que vice-gouverneur de la Jamaïque. Aujourd'hui, son nom apparaît sur l'étiquette de rhum épicé Captain Morgan.

L'ignoble Edward Teach (alias Barbe Noire) terrorisa tous ceux qui naviguaient dans les Caraïbes. L'homme portait une longue barbe noire tressée et sale, et nouait des morceaux de cordage brûlés à son chapeau, qui lui donnaient une apparence terrifiante. Souvent, les navires qu'il croisait dans les Caraïbes se rendaient à sa simple vue. Il implanta son quartier général dans les Bahamas, à New Providence, une île alors sans foi ni loi, dont Nassau est depuis devenue la capitale. Il sema la terreur dans les ports de la Martinique, d'Anguilla, de la République dominicaine, de Grand Cayman et bien d'autres. Il fut finalement capturé et décapité sur l'île d'Ocracoke, au large de la Caroline du nord. Les témoins racontèrent que son corps sans tête nagea deux fois autour de son navire avant de finalement couler. Ouvrez l'œil et le bon, il doit rester quelques piastres. On dit que Barbe Noire aurait enterré un trésor quelque part pendant ses glorieuses années. C'est lui qui a inspiré le personnage du capitaine Jack Sparrow dans les films Pirates des Caraïbes.

Le trésor de Barbe Noire

Les joies de la piraterie n'étaient pas réservées à ces messieurs. Anne Bonny fut l'une des rares femmes pirates. Ses activités commencèrent à Nassau, alors surnommée la « république des pirates », un repère sans foi ni loi gouverné par une horde de criminels. Elle épousa « Calico Jack » Rackham. Anne revêtait fréquemment une tenue masculine. C'était une femme sans pitié et aussi dangereuse que ses sanguinaires acolytes masculins. Elle et Rackham écumaient les eaux situées entre la Jamaïque et Cuba, et détroussaient les cargaisons des navires qu'ils croisaient. Les deux pirates finirent par se faire prendre, et Calico Jack fut condamné à la pendaison. Anne échappa à la potence en déclarant qu'elle portait un enfant. Elle abandonna la piraterie et s'installa à Charleston, en Caroline du sud, où elle finit ses jours en paix, mais rêvant probablement à de nouvelles aventures.

Bartholomew Roberts (alias Black Bart) fut le pirate le plus prospère de la région des Caraïbes. Au cours de sa carrière, il arraisonna plus de 400 navires. C'était un homme impitoyable et téméraire. Il attaquait tous les bateaux qui croisaient sa route. Il pilla les ports de Sainte-Lucie et de Saint-Barthélemy. Lorsque les flottes de la Barbade et de la Martinique unirent leurs efforts pour arrêter Black Bart, il jura de se venger contre ces îles. Il hissa un nouveau drapeau représentant une image de lui se tenant debout au-dessus de deux crânes, l'un représentant la Barbade et l'autre la Martinique. Plus tard, il parvint à capturer le gouverneur de la Martinique et le fit pendre. Malgré sa réputation impitoyable, l'homme ne buvait pas de rhum, mais du thé. Il créa le « code du pirate », des lois proclamant l'interdiction des jeux d'argent, l'extinction des feux à 8 h 00 et le règlement des différends par des duels. Le nom de Black Bart apparaît brièvement dans le roman « L'île au trésor ».